Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Biologie Intégrative des Organismes Marins
UMR 7232

Projets

1. Origine et diversification des tissus extra-embryonnaires chez les gnathostomes

Contexte

Des tissus extra-embryonnaires distincts sont apparus plusieurs fois au cours de l'évolution des vertébrés, en parallèle avec des expansions spectaculaires de la masse de vitellus observées par exemple chez les amniotes, mais également chez les chondrichtyens. Nos résultats chez la roussette ont mis enévidence des similitudes inattendues avec le développement précoce des amniotes, suggérant des processus d'évolution parallèle.

Question

Comment les mécanismes du développement précoce se sont-ils modifiés en lien avec ces adaptations?

Approche

Nous cherchons à répondre à cette question en analysant les mécanismes contrôlant la régionalisation, la morphogenèse ainsi que la spécification des feuillets embryonnaires et du sac vitellin chez l'embryon précoce de la roussette S. canicula, et en comparant ces données avec celles publiées chez les amniotes. Les approches expérimentales utilisées incluent des approches descriptives classiques (ISH, IHC dont immunofluorescence quantitative) et des approches fonctionnelles ou expérimentales (traitements pharmacologiques in ovo, marquages cellulaires par traceurs fluorescents). En collaboration avec la plate-forme BioEmergences (USR 3695, dir. N. Peyriéras), nous engageons également des approches par imagerie confocale 4D, en vue de modélisations du développement précoce.

2. Origine et diversification des mécanismes contrôlant la formation des asymétries épithalamiques

Contexte

L'épithalamus est la seule région cérébrale qui présente des asymétries retrouvées chez tous les grands groupes de vertébrés. A ce jour, les mécanismes sous-jacents n'ont été étudiés que chez trois organismes, le poisson-zèbre, la lamproie et la roussette. Nos résultats chez ces deux dernières ont démontré que ces trois espèces utilisent des stratégies très différentes pour la formation des asymétries épithalamiques.

Question

Comment les réseaux génétiques contrôlant ce processus ont-ils évolué chez les vertébrés?

Approche

Nous cherchons à répondre à cette question en disséquant ces mécanismes chez la lamproie et la roussette, et en le comparant avec les données obtenues chez le poisson-zèbre (coll. P. Blader, CBD, Toulouse). Les approches utilisées et en cours de mise en place incluent des approches descriptives classiques (ISH, IHC) et des approches fonctionnelles ou expérimentales (traitements pharmacologiques, expériences d'incorporation de BrdU, perte de fonctions à l'aide du système CRISPR-Cas9 chez la lamproie) et des analyses transcriptomiques.

3. Autres

Les ressources développées par notre groupe (collections d'ESTs et clones recombinants correspondants chez la lamproie et la roussette; développement de bases de données transcriptomes et séquençage du génomechez la roussette; expertises expérimentales diverses) nous amènent également à collaborer à des projets variés visant écrypter les mécanismes d'évolution des vertébrés (origine des membres, élongation axiale, régionalisation du cerveau, formation des dents...).

 

09/06/16

Traductions :